Bangladesh

Estema, "l’assemblée" à Tongi

Un des frères qui vivent depuis des années au Bangladesh écrit ces jours : « Ce matin je suis rentré plein d’impressions de la très grande rencontre musulmane annuelle, appelée « Estema » (qui veut dire « assemblée »).

Depuis mes visites précédentes à l’Estema tout est devenu encore beaucoup plus grand. Cette fois, deux millions de personnes s’étaient rassemblées à Tongi, près de Dhaka, et pour la prière finale ils étaient plus de trois millions. L’organisation était très bien faite par des volontaires. Au centre de tout il y avait une immense tente – certainement la plus grande tente du monde – qui mesurait en longueur deux kilomètres et en largeur un kilomètre… C’est là que les gens dormaient et priaient. Mais cela ne suffisait aucunement… les gens dormaient partout : au bord des chemins, à côté du fleuve Turag très proche, dans la gare. J’étais venu cette fois-ci avec deux amis musulmans de Mymensingh. Nous avons eu beaucoup de peine à nous frayer un chemin dans la grande tente. Finalement nous avons trouvé un tout petit endroit vide. L’accueil était très généreux… Ici l’étranger est en général honoré… La nuit était très courte : les gens étaient debout jusqu’à une heure de la nuit et se réveillaient déjà à 4 heures 30 pour se préparer à la première prière. Un voisin complètement inconnu partageait avec nous l’immense couverture qu’il avait amenée. La rencontre a duré trois journées pleines ; je n’ai pu rester qu’une journée.

J’étais probablement le seul chrétien présent dans cette immense foule. Les gens trouvaient très beau d’avoir un chrétien parmi eux… J’étais profondément ému par la foi simple et fervente de ces gens. Ils n’étaient certainement pas venus pour le confort car tout était ultrasimple : on dormait par terre sur des nattes ; on préparait les repas en dehors de la tente, donc assez loin. Les gens s’organisaient par groupes de 25 ou 50 personnes. Il fallait tout apporter : le bois, les marmites, les assiettes, etc.

Le matin, la première prière, à 5 h 30, était vraiment très belle. Ils prenaient le temps de se mettre en lignes. Il fallait donc réorganiser complètement l’endroit où tout le monde avait dormi. Après, il y avait cinq ou dix minutes de silence et tout d’un coup la prière commençait. Les lignes toutes droites, longues de deux kilomètres, ont commencé à faire les mêmes mouvements. Tout le monde disait les mêmes paroles.

J’étais la seule personne restée assise. Mais tout le monde était heureux que je sois là. Bien sûr, après la prière des gens érudits m’ont expliqué avec beaucoup de gentillesse et de délicatesse qu’eux aussi acceptaient comme véridiques les révélations bibliques, mais qu’ensuite il y a eu les révélations ultérieures et définitives du dernier prophète, que moi je devrais accepter. J’ai répondu que je respectais leur foi et que je me sentais proche d’eux, mais que je croyais profondément à l’enseignement de Jésus.

J’ai dû partir avant la prière finale. Toutes les routes qui menaient vers le lieu de l’Estema étaient complètement remplies de dizaines de milliers de gens qui marchaient vers le lieu de la prière.

Tout proche, sur le fleuve, j’ai compté une cinquantaine de bateaux remplis des gens qui se hâtaient vers la prière. Les routes étaient tellement pleines de gens : à quinze kilomètres de Tongi je trouvais encore beaucoup de monde en route pour la prière. On implore Allah de donner la paix au monde et on demande sa bénédiction pour la grande communauté musulmane.

Le lendemain je me suis retrouvé dans le train avec des foules de pèlerins. Tout le monde était enthousiaste. Tout s’est si bien passé. Ils étaient heureux du grand nombre de gens de l’étranger (15 ou 20 000 de 70 pays différents avaient participé). Le toit du train était aussi totalement rempli de monde ! Pour oublier les risques, les gens répètent le nom d’Allah. Quelle expérience forte de pouvoir faire ce pèlerinage avec tous ces gens pieux (on dirait « piétistes » : ils se tiennent loin de la politique). »

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article9778.html - 23 July 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France