Centième anniversaire de la naissance de frère Roger

Des gestes de solidarité

La communauté invite à célébrer le centième anniversaire de la naissance de frère Roger.

Autour du 12 mai, partout dans le monde, les jeunes sont invités à animer là où ils vivent une prière et à imaginer une action de solidarité, pour rappeler la mémoire de frère Roger et mettre en pratique son appel à suivre le Christ.

A Taizé, cet anniversaire sera célébré le dimanche 10 mai. Des ateliers aux choix seront proposés dans l’après-midi et à 17h30 il y aura une prière d’action de grâces.

Pendant toute la journée, au chapiteau P seront présentés trois projets de solidarité que la communauté va soutenir. Ceux qui le souhaitent peuvent participer à ces gestes d’entraide :

Une après-midi pour les enfants de la région

samedi 6 juin 2015, 12h – 17h
Cormatin

-  quoi ? une après midi ensemble, avec les enfants de la région autour de Taizé, Cormatin, Cluny et leurs parents :

On commence par un pique-nique (repas partagé dans le pré si beau temps et si pluie sous le chapiteau, sur la piste). Puis, spectacle Equinoctis d’1h et accès aux cabanes itinérantes de la rêv’othèque toute l’après-midi.
On termine par un goûter.

-  qu’est ce que Equinoctis et la Rev’othèque ?

Equinoctis, théâtre équestre :
La troupe Equinoctis fait ses preuves en France en recueillant, dressant et formant au spectacle des chevaux condamnés à l’abattoir. Dirigée par Sabrina Sow et son compagnon Teddy Guilbaud, musicien, la compagnie basée à Cormatin a été fondée en 2006.
Après avoir étudié la psychologie, Sabrina Sow fait une formation de dressage de compétition et de voltige de cirque dans une grande école. Pour elle, l’utilisation des chevaux pour un spectacle est souvent réservée au milieu bourgeois. Alors sa compagnie a voulu s’adresser à un public plus populaire en le divertissant par un spectacle avec des chevaux destinés à l’abattoir. Les animaux, souvent handicapés ou blessés, travaillent pourtant avec un excellent niveau. « Nous sommes une jeune compagnie de théâtre équestre et musicale. Notre but est d’essayer de recréer des liens sociaux, là où ils ont été mis à mal, grâce à un médiateur incroyable, le cheval. Nous aimons intervenir dans les "quartiers", dans les lieux où l’accès à la culture est difficile. Ramener un peu d’émotion dans nos villes, interroger sur la place de l’animalité et de l’humanité... »
La compagnie Equinoctis a pour dessein de mêler les genres artistiques afin de créer une image neuve du monde, le questionnement central reste néanmoins le rapport à l’autre dans ce qu’il a d’étonnant, de différent et de parfois effrayant. »
www.equinoctis.com [http://www.equinoctis.com]

Les Cabanes Itinérantes de la Rêv’othèque

Tout a commencé en 2010 en Allemagne avec l’idée de proposer une convivialité insolite autour des histoires de vie de chacun. La rencontre avec un fabricant de cabanes de berger en Bavière rendait possible la création d’un nouveau lieu de rencontre : la « Geschichtenstube » (traduction : l’abri aux histoires). Cette roulotte avec poêle à bois et homologation pour l’autoroute héberge depuis le printemps 2010 une autre manière de concevoir le lien social et de répondre aux multiples solitudes dans la société. Le propos : une convivialité avec comme base les rêves et aspirations, bref, la singularité de chacun. Cette Cabane Itinérante a fait son chemin de la Bavière jusqu’au Portugal, et elle s’appelle la « Cabane des Rêves » depuis l’installation permanente en Bourgogne fin 2012. Cette roulotte s’installe dans les écoles, maisons de retraite, fêtes de village, mais aussi dans les maisons de quartier, en face des bibliothèques municipales et centres culturels afin de provoquer les rencontres, le partage de sagesses de vie.

L’intervenant : Christian Hanser est journaliste diplômé à Londres. Après un Master en éducation sociale, il a beaucoup d’idées pour lier ses deux champs d’actions, le journalisme et l’éducation informelle et populaire. Depuis qu’il sillonne les routes de Bourgogne, il invite à une poésie en mouvement, à une rêve-lexion, à la revalorisation de nos histoires de vie dans notre société accélérée.

Entrer dans les Cabanes Itinérantes, c’est se sentir à l’abri, c’est en quelque sorte retourner à l’esprit d’enfance avec le grand plaisir des petites découvertes. Dans La Cabane des Rêves  : instruments de musique, jouets rares, poêle à bois, questions sur les rêves Dans La Cabane aux mille trésors  : exposition de boîtes à richesses, cocons pour se cacher, questions sur les richesses de la vie.
Plus d'infos: http://revotheque.fr/

-  quand : le samedi 6 juin de 12h à 17h

-  où : au plan d’eau de Cormatin

-  pour qui ?
Pour les familles avec enfants des villages autour de Taizé avec une « priorité » pour les familles les plus précaires et celles réfugiées.

-  combien est-ce que cela coûte ?
Entrée libre. Ceux qui souhaitent contribuer aux frais de la journée peuvent donner quelque chose dans la caisse de solidarité

- comment participer ?
- en venant avec ses enfants
- en aidant à un covoiturage
- en amenant du goûter
- en donnant pour la caisse de solidarité
- en se proposant comme animateurs, encadrants, responsables pique-nique ou goûter …

-  Informations pratiques : à Taizé, à la tente P dans le site des rencontres de la communauté, le dimanche 10 mai à partir de 15h ou info2015taize.fr

Collecte de médicaments pour Cuba

En octobre 2014, frère Alois est allé à Cuba, avec quelques frères, lors d’une étape du « pèlerinage de confiance » aux Caraïbes. Des prières ont eu lieu à La Havane et à Matanzas. Au retour, frère Alois disait aux jeunes réunis à Taizé : « Les Cubains, en particulier les jeunes, ont besoin de se sentir proches des jeunes des autres pays, et ils nous ont alors demandé de vous saluer tous. Pour eux, être sel de la terre veut dire prendre une option pour l’espérance. »

Au mois de mars de cette année, un frère est retourné dans ce pays pour approfondir les liens. Il a pu constater une carence de biens, notamment de médicaments. Un groupe de chrétiens anime un réseau médical de soutien aux populations défavorisées, avec des petits centres de santé dans les différentes régions du pays. A travers l’Opération Espérance, la communauté a décidé d’organiser une collecte de médicaments, qui seront envoyés à ce groupe à Cuba.

Ceux qui veulent participer à ce geste d’entraide peuvent amener, entre le 10 mai et le 16 août, des médicaments à Taizé. Voici la liste de médicaments demandés : Diclofenac (anti-inflammatoire), Doxycycline (antibiotique), aspirines, vitamines, glucosamine, amoxicilline, furosémide, céphalexin, dexchlorpheniramine (antihistaminique), ibuprofène. Ces médicaments, avec une date d’expiration après décembre 2015, devraient être donnés dans des emballages fermés.

Aide aux réfugiés en Jordanie

La Jordanie est devenue un lieu de refuge important pour des milliers d’hommes et de femmes qui fuient les violences en Syrie. Elle accueille aussi un nombre significatif de personnes venant d’Irak, du Soudan et de la Somalie. Elle continue à se montrer tolérante et accueillante aux réfugiés et demandeurs d’asile. Répondre aux énormes besoins de la population croissante de réfugiés dans le pays demeure un défi majeur.

Depuis plusieurs années, JRS (Service jésuite des réfugiés) - Jordanie a développé un programme d’éducation non formelle dans l’école grecque-catholique Ashrafyah à Amman, appelé « Community learning Centre » (Centre communautaire d’apprentissage).

Pour cette année 2015, un grand nombre d’enfants réfugiés s’étant vu refuser l’entrée dans le système d’éducation formelle, JRS se concentre sur ce projet d’éducation non formelle, offrant aux enfants des cours de langue arabe, de mathématiques, d’anglais et d’informatique.

En outre, beaucoup d’enfants syriens n’ont pas pu accéder au jardin d’enfants. Des classes de maternelle leur sont offertes. Les mères en difficultés ont en même temps des cours de préparation à la vie. Le programme porte sur des sujets tels que le développement de la petite enfance, l’alphabétisation de base et le calcul, la sensibilisation aux droits, l’artisanat et le soutien parental. Ces femmes sont également formées à l’utilisation de l’équipement permettant des activités éducatives pour leurs enfants.

En plus de l’alphabétisation des adultes, il y a un lieu d’apprentissage pour les femmes qui leur permet de trouver un moyen de subsistance. Ce programme de formation est géré par les réfugiés eux-mêmes, de Syrie, Irak, Somalie, Soudan et Palestine.

Plusieurs Jordaniens collaborent avec le JRS et des enfants jordaniens sont inclus dans les programmes.

L’équipe JRS anime encore des séances hebdomadaires de sports récréatifs pour les enfants réfugiés.

Ces diverses activités fournissent aux jeunes réfugiés la possibilité de construire un réseau de soutien réciproque, de développer un sens de la responsabilité communautaire et de se préparer à être des animateurs. A Amman est également offert un soutien psychosocial grâce à un conseiller qui est psychologue.

Concrètement, le Centre communautaire d’apprentissage Ashrafiyah s’occupe de : 1600 personnes réfugiées dont 220 enfants, 670 jeunes et 270 femmes en situation de fragilité.

À travers l’Opération Espérance, la communauté de Taizé va soutenir ce projet du JRS-Jordanie en aidant à acheter sur place le matériel nécessaire. Un bénévole sera aussi envoyé par la communauté pour aider ce camp pendant un certain temps. Ceux qui souhaitent participer à cette entraide peuvent faire un don à l’Opération Espérance.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article19042.html - 22 November 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France