Portugal, novembre 2012

Une petite lumière d’espérance

Tout commence un soir, à Taizé, après le souper. Un frère m’appelle, je m’assoie à ses côtés : « Pierre, nous avons un voyage en vue. Pourrais-tu aller au Portugal ? »

Cinq jours plus tard, me voilà dans l’avion !


Dix jours au Portugal... du nord au sud, d’est en ouest. Dix jours magnifiques à traverser le pays, à m’imprégner des paysages fascinants de la campagne, du bord de mer, du patrimoine splendide, du mystère des villes lusitaniennes. Dix jours à visiter les églises, les paroisses, les groupes de prières, de scouts, d’amis de la communauté, les écoles. Dix jours à la rencontre d’un peuple, de son histoire, son présent, ses difficultés, les défis de la vie chrétienne au cœur du monde. Ma mission ? Venir à eux, simplement. Être présent. Être là comme un soutien, signe de communion, une petite lumière d’espérance.


Voici quelques extraits de mon carnet de voyage.

Premières impressions
« Atterrissage à Porto. Soleil, pluie, soleil. Ola Douro ! Fleuve millénaire.
Déluge de couleurs, pauvreté, authenticité, vin, vieux bateaux, relief, toits, clochers, murailles, escaliers, ponts, petites chapelles... Je ne peux tout embrasser, il y a tant ! »

JPEG - 20.9 ko

Défis actuels
« Pedro désirerait partir en voyage, vivre une expérience plus longue à Taizé, mais les responsabilités qu’il porte sur ses épaules l’en empêchent : il travaille afin de soutenir ses parents, dont l’entreprise s’est écroulée à cause de la crise économique qui a des conséquences violentes au Portugal. Les salaires ont chuté en moyenne de plus de 10% ! Période difficile... Vers quoi se tourner aujourd’hui ? L’angoisse est bien présente. Beaucoup de jeunes Portugais quittent le pays pour trouver du travail ailleurs. »

L’âme de la cité
« Lisbonne, hors du temps. Noblesse et mystère. Balcon sur l’inconnu. Une ville océanique ! L’esprit, comme le vent du large et de la découverte, souffle. Sensation d’ouverture, de lumière, de liberté. Je me perds dans ces ruelles si typiques où fourmillent vieux immeubles, odeurs d’antan, maisons de fado, linge aux fenêtres, sols pavés, carrelages peints aux murs. J’apprivoise, et me laisse trouver par l’âme de la cité. Saudade, Arte, Amor, Vida. »

Voyage au cœur du Portugal
« Au sommet de Coimbra trône l’université, l’une plus vieilles d’Europe, centre de réflexion, berceau des révoltes. Atmosphère authentique de vie étudiante. »

Écoute et Témoignage
« Pour chaque rencontre, le discours est différent. Je dois faire corps avec mon auditoire. Cette fois-ci, un déluge de questions, de sourires, d’agitation, de vie, des visages lumineux, des yeux qui brillent. La joie au cœur, j’y puise mon énergie. Je me rappellerai longtemps de ce moment où je m’agenouille dans le couloir, entouré de tous ces petits enfants de 6 ans, demandant à chacun son prénom, riant ensemble, s’apprivoisant, et eux, leur excitation à me voir là, cette joie amusée et simple d’être ensemble. Eux répétant mon prénom. Moments magiques de partage, de jeu, d’insouciance...

Le jour même, des collégiens m’interpellent : « Qui est Dieu pour moi ? ». D’autres, plus âgés me demandent : « Pourquoi des athées vont-ils à Taizé ? Ont-ils l’occasion de changer dans leur vie intérieure pendant une semaine sur la colline ? Et la différence entre les religions ? Tout le monde peut-il entrer dans l’église ? ». Pour les Scouts, j’évoque mon chemin de Santiago, expérience itinérante de confiance et d’abandon en la providence. Les adultes, eux, m’interrogent sur la prière, la dimension de vie monastique, la vie après la mort de frère Roger. 

En certains endroits je sens que ma présence prend plus que jamais sens. Comme pour cette classe d’adolescents en grande difficulté, d’un quartier très pauvre de Lisbonne, près d’un ancien bidonville. Que dire ? Comment capter leur attention ? Je parle des dons en chacun d’eux. Du Mystère. De l’universalité et de ce que nous vivons à Taizé. De l’accueil. Leurs questions : « Est-ce que vous ne seriez pas plus heureux à faire autre chose ? Combien d’argent vous gagnez ? Combien de fois vous priez par jour ? Combien de temps vous avez pris pour croire en Dieu ? »

Au-delà de toutes paroles, pour beaucoup, la simple présence d’un volontaire à l’écoute est déjà un immense cadeau. Le don d’une visite partagée. »

Présences
« À Fatima : j’allume un cierge pour les personnes que j’aime. Je reste longtemps devant la flamme, brûlant au milieu de toutes ces flammes... Un souffle traverse l’édifice. Souffle de lumière et de foi. »

Prière
« Parmi toutes les prières, il y a celle-ci, tant attendue, à l’église São Nicolau. Ici, depuis la rencontre européenne de Lisbonne en 2004, chaque vendredi soir, il y a toujours quelqu’un présent pour veiller. Ce soir, de nombreuses personnes sont au rendez-vous. Profondeur de l’oraison et du silence. Beauté et plénitude du chant. Ces chants de Taizé superbement transcrits dans la langue portugaise qui se révèle encore et toujours plus belle. On me demande de parler à la fin de la prière. Alors : des mots simples. Je ne veux pas en dire trop. Je préfère les regarder. Ils sont beaux, ardents, attentifs, en pleine jeunesse, leurs yeux brillent, leurs regards semblent absorbés. Un face à face magnifique, plein d’espérance, de simplicité et de joie au cœur de cette jolie église tamisée, éclairée à la bougie. »

Rencontre inattendue ?
Au terme d’une ascension de deux heures, à pied, jusqu’en haut de la montagne sauvage de Sintra (600m de haut), au pied de la croix qui domine le pays, voilà que me rejoint une jeune sud-coréenne avec qui je me mets à parler tout naturellement... de Taizé.

M’ayant interrogé sur la durée de mon voyage, elle s’étonne :
« Dix jours, c’est tout ? »
- Oui, dix jours ! Et pourtant... L’impression d’une éternité.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article15009.html - 22 August 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France