Finlande, septembre 2012

Rencontre à Helsinki

28-30 septembre 2012

Qu’est-ce qu’une “rencontre nordique de Taizé“ ? Voilà une chose bien difficile à décrire !
Il n’y a ni thème ni slogan inscris sur la porte : juste ’tervetuloa’, ’välkommen’, ’Bures boahtin’, ’Hau kola’, ’welcome’.
Prier avec des chants et du silence est-il vraiment suffisant pour amener des gens à se rassembler ?

JPEG - 28.1 ko

Un des frères a décrit les rencontres de Taizé comme des ’catastrophes naturelles contrôlées’, ce qui d’emblée peut sembler plutôt extrême. Cependant, si l’on y regarde de plus près, ce n’est peut-être pas si éloigné de la réalité.
Des catastrophes naturelles, comme les tempêtes, inondations ou feux de forêts, nous projettent hors de nos modèles de vie quotidiens. Nous devons sauter hors des voies balisées de la routine.
Confrontés à des défis qui, comme les forces naturelles de l’eau ou du feu, sont trop grands pour être abordés seuls, nous devons œuvrer ensemble.
Peut-être est-ce particulièrement vrai dans les régions nordiques où tout est planifié 18 mois à l’avance, et où le perfectionnisme - jamais pleinement atteint - est la règle.

Lorsque des ’catastrophes naturelles contrôlées’ ont lieu, comme la récente rencontre de Taizé à Helsinki, deux choses se produisent.
Tout d’abord surgit un ’torrent’ de générosité – les maisons sont ouvertes pour accueillir les pèlerins sans logement, et les barrières habituelles d’origines, religions et langues sont mises de côté.

JPEG - 20.7 ko

Deuxièmement, des volontaires intrépides apparaîssent - comme venus de nulle part -, prêts à prendre en charge n’importe quel travail devant être fait avec une grande joie, aussi humble ou complexe que soit la tâche.

Les obstacles sont abattus, les rencontres qui, normalement, ne se produiraient pas, peuvent commencer.

Dans la Bible, Dieu parle souvent aux personnes confrontées à des situations extrêmes ; il est clair que Dieu n’est pas l’initiateur de ces ’catastrophes’, mais il saisit en quelque sorte l’occasion pour nous permettre d’entendre sa voix, comme un murmure, ou une brise légère. De la même manière, le silence fut si profond au cœur de la prière, du fait de toutes les activités l’environnant.


Note :
’tervetuloa’ est en inlandais
’välkommen : suédois (2eme langue officielle de la Finlande)
’Bures boahtin’, Northern Sami (la plus parlée des langues Sami)
’Hau kola’, est en Lakota (un groupe d’indigènes Oglalal Lakota du Sud Dakota aux Etats-Unis a pris part à la rencontre)
Toutes ces expressions signifient : ’Bienvenue’.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article14524.html - 22 August 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France