Portugal, février 2011

Veillée de prière à Porto

Le 19 février 2011, la plus grande église de Porto était trop petite pour accueillir tous ceux qui s’étaient rassemblés pour célébrer le premier anniversaire du pèlerinage de confiance « aux sources de la joie ».

En tout, 1500 personnes : des centaines de jeunes, mais aussi des familles qui avaient accueilli les jeunes pèlerins un an auparavant et des représentants de l’église catholique, de l’église méthodiste et de l’église vieille-catholique. Un frère chilien a représenté la communauté de Taizé. Retransmise sur internet grâce à une webcam, la prière a aussi été accompagnée par plusieurs dizaines de jeunes qui n’avaient pas pu se déplacer à Porto.

Au début de la célébration, l’évêque Manuel Clemente, de Porto, s’est adressé aux présents :

« Il y a un an, nous avons voulu aller aux sources de la joie, d’une joie qui perdure. Aujourd’hui nous faisons mémoire de ce qui nous avait alors étonnés. Mais il y a aussi un appel. L’appel à répondre à cette volonté, que vous manifestez et que je suis le premier à partager, d’une relation plus profonde avec Dieu et avec tous les autres à partir de Dieu. C’est cette volonté que la communauté de Taizé nous offre depuis de longues années, c’est cela que la communauté a partagé avec nous ici il y a un an.
 
Beaucoup de rencontres de prière se sont développées dans le diocèse depuis février 2010. Il nous faut interpréter la raison d’une si grande adhésion et surtout de cette grande persévérance. Je crois que nous sommes en train de rencontrer le cœur de Dieu. Nous retrouvons le cœur de l’Église et des communautés chrétiennes, qui s’offrent ainsi au monde comme lieu de rencontre avec Dieu et avec les autres. Dieu nous dit cela à travers cette persévérance, à travers notre prière et notre disponibilité. Nous voyons là l’avenir voulu par Dieu ! »

Frère Alois a envoyé un message, qui a été lu avant la prière autour de la croix :

« Les difficultés économiques qui pèsent de plus en plus lourd, la complexité parfois écrasante de nos sociétés, le découragement face à l’avenir de l’Europe et même de la planète, tout cela tend à étouffer les plantes d’espérance qui poussent. Il est alors essentiel de créer des moments de vie qui font pressentir que l’Évangile dit vrai. Et c’est ce que vous faites par cette nouvelle rencontre.
 
Pour être des témoins d’Évangile auprès de ceux qui nous sont confiés, chacun de nous est appelé à approfondir une relation personnelle avec Dieu : nous tourner vers sa lumière, retrouver encore et toujours la confiance que Dieu nous aime et que nous aimons Dieu.
 
Et il y a encore un autre chemin pour renouveler une communion avec Dieu : il est dans notre attention aux plus pauvres. Elle peut s’exprimer dans un engagement social, dans des activités extérieures. Elle est, plus profondément, une attitude d’ouverture envers tous ceux qui nous sont confiés et qui sont aussi, en un certain sens, des pauvres qui ont besoin de nous.
 
Aussi je voudrais vous redire le dernier mot que vous disais voici juste un an, à la fin de notre belle rencontre : notre réponse aux épreuves personnelles et aux épreuves que d’autres endurent n’est-elle pas d’aimer davantage ? »

Partageant son expérience à la rencontre de Porto d’il y a un an, un jeune avait écrit :

« ‘Voyez ! Qu’il est bon, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble !’ (Psaume 133)
 
S’il y avait une phrase capable de décrire les sentiments, la joie, l’amitié, la paix, l’amour, la bonté, le labeur, le travail et l’effort de ceux qui songent à créer un nouveau monde, même partiellement, ce serait ce verset du psaume 133. Et l’expérience de la rencontre de Taizé à Porto nous a donné cette harmonie vécue entre frères.
 
Oui, ‘frères’ est certainement le mot juste pour définir la relation entre tous ceux qui ont participé à la rencontre. Laissant de côté les préjugés religieux, culturels, sociaux ou ethniques, rassemblés pour partager notre vie, malgré le fait qu’elle soit pauvre et humble, nous avons été enrichis par l’expérience de ceux qui, même de nuit, marchent sur une même voie à la recherche des ‘sources d’eau vive’.
 
Dans la nuit de notre vie, l’autre reste pour chacun de nous une lumière, simple et unique, qui peut éclairer et réchauffer le cœur. L’autre est tout cela parce qu’en lui nous rencontrons le Christ.
 
‘Dieu est amour. Ose vivre pour l’amour !’ »

Une fois par mois, les jeunes organisent une prière citadine au centre ville de Porto. Plusieurs paroisses organisent aussi régulièrement des prières avec des chants de Taizé.

Photos de la veillée de prière à Porto [http://www.flickr.com/photos/budakhan/sets/72157625966061061/with/5460515670/].

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article12097.html - 22 August 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France